Sylvain Mazars

Diesen eindrücklichen Beitrag des französischen Musikjournalisten Sylvain Mazars zum More Ohr Less – Festival, einem meiner absoluten Erlebnis-Highlights in diesem Jahr, habe ich gerade auf Hans Joachim Roedelius` Seite entdeckt. Der direkte Link zu Sylvain`s Seite:

http://smazars.blogspot.co.at/search/label/More%20Ohr%20Less

Ich fiel fast vom Stuhl als ich las: „La suite du programme musicale revient en effet à Harald Blüchel, la première grande sensation de cette édition. Harald Blüchel s’est fait connaître dans l’univers de la musique électronique sous le nom de Cosmic Baby. Mais aujourd’hui, pas une note ne sortira d’un amplificateur. Seul devant le clavier d’un piano Bösendorfer, Harald se lance dans une improvisation intense, faite d’une suite d’arpèges en constante évolution, comme autant de déferlantes sur un récif. Sa musique ferait une bande son idéale pour les photos de Sebastian Böcking. On pense à Philip Glass, on pense à Steve Reich, le cœur en plus. Rien de la froideur robotique d’un Glass chez Harald Blüchel. Harald n’est qu’amour et chaleur, et ses pièces pour piano jouissent d’une puissance et d’une expressivité rares. Roedelius n’hésite pas à le comparer à son héros, Beethoven, et c’est vrai qu’il y a un peu de ça chez cet artiste, jusque dans les traits de son visage.“